Journée récréative du 14 août 2004,
au zoo de Zurich, par Thierry de Coulon.

Finalement, il a eu lieu le départ – et sans aucun problème cette fois-ci. Voici donc les membres réunis de l'ARCAT et de la CITS en route pour Zürich.


Nous avons même de l'avance sur l'horaire prévu, ce qui permet de rendre visite aux loutres, qui se lèvent moins vite que les Genevois...


Les grenouilles sont un peu figées par la fraîcheur inhabituelle pour un milieu de mois d'août, qui par contre ne semble pas troubler les wallabis.


Ensuite, c'est la visite de la serre Masoala, en français ou en allemand selon les groupes. La touffeur tropicale ne surprend pas un habitué du Papiliorama, mais elle perturbe quelque peu le travail des photographes.


Bon à savoir: dans Masoala existe un petit sentier "sauvage" ouvert au public seulement entre 11h30 et 13h30, et semble-t-il seulement le samedi. Nous étions donc là au moment idéal pour pouvoir découvrir cette forêt vierge sous des angles inhabituels. Le parcours est étroit, semé de ponts de lianes, mais il permet des rencontres avec des animaux qui se tiennent un peu à l'écart des hordes de visiteurs.



Par rapport à d'autres serres tropicales, Masoala présente la particularité d'être construite en partie "en creux". Le sentier domine donc parfois la jungle, un effet de réalisme que les serres plates n'offrent pas.
Tout le monde cherchait les lémuriens, nous finissons donc par les trouver- ou sont-ce eux qui nous ont trouvé? Dans le crépitement des appareils de photo, ils se promènent de branche en branche et se chamaillent bruyamment.


 

Les visiteurs sont tellement fascinés que notre guide a toutes les peines du monde à nous obliger à le suivre pour voir d'autres parties du zoo – en particulier les éléphants dont il s'occupe.

Après le repas de midi, c'est la visite libre. La technique utilisée à Zürich pour créer les nouveaux enclos est très intéressante: presque tous les rochers sont artificiels, réalisés en ciment pulvérisé sur une structure en treillis métallique. L'effet est étonnant, et rares sont les endroits qui sonnent creux. Il faudrait plusieurs jours pour tout visiter en détail, mais une après-midi permet de découvrir une partie de ce petit monde: dans l'ordre: les coatis, l'enclos des loups, celui des léopards des neiges, la fosse des babouins, le sourire du chameau, les jeunes antilopes-chèvres, Lemur catta (une autre espèce de lémurien), un petit singe moustachu et (inévitable pour un utilisateur de Linux...) le manchot royal et le manchot de Humbolt.


Texte et photos: Thierry de Coulon

 

Merci à Thierry de Coulon pour sa participation active à l'enrichissement de notre site...

 

 

  © ARCAT, 2004-2005
Accueil Accueil